fffff

IN THE MOONLIGHT
Interprète : Kinya Kotani
 
orenji(orange)iro tsuki yoru ga kuru to kimi no koto o omoi dasu
kakko tsuketa ore no serifu wa hoko no dare kana serifu de
fui ni miageru shiruetto(silhouette) kimi no yokogao o terashita
awai hikari wa ima demo
nani o matteru kimi wa inai heya
toki dake ga ashi oto no youni nemurenai mune ni hibiku
ima mo matteru hitori to matteru
futari mita anohi no tsuki o ima dokode kimi wa miteru
ore no shigusa manete waratta kimi no koe mo omoi dasu
kimi to aruku yoru no shiin(scene) wa orenji(orange)iro fotogurafu(photograph)
kage ni touto shita uso to ore no wagamama o yurushita
kimi no namida ga ima demo
nani mo iwazuni toki wa nagareru
yagato kuru asa no hisashi ni tokeru youni sora ni kieru
saigo no yoru wa doko ni mo nakute
okizari no ore no kokoro o tsuki dake ga ima mo miteru
kimi o matteru tooi omoi demo
toki dake ga ashi oto no youni nemurenai mune ni hibiku
ima mo matteru hitori to matteru
futari mita anohi no tsuki o ima dokode kimi wa miteru
 
 

Quand arrive la nuit, nimbée d’orange par la lumière de la lune, je pense à toi,

comme si mes paroles, pleines d’affectation, étaient celles d’un autre.

Même à présent, je me souviens de la lumière pâle

qui éclairait ta silhouette lorsque, soudain, tu as levé les yeux vers le ciel.

Que suis-je en train d’attendre, dans cette pièce, sans toi ?

L’horloge égrène les secondes qui résonnent dans mon cœur comme des bruits de pas.

J’attends toujours ; seul ici.

Là où tu es, vois-tu la lune comme nous l’avons regardé ?

Mon rire sonne faux, même quand j’évoque ta voix.

Nos promenades nocturnes ne sont plus maintenant que des photos aux tons orangés.

Tu as pardonné les mensonges nés des ténèbres et mon égoïsme,

mais tes larmes, même maintenant…

Sans un seul mot, le temps s’écoule.

Le ciel s’efface sous la lumière du matin naissant,

comme en s’évanouissant.

Cette nuit, peu importe où,

seule la lune regarde mon cœur délaissé.

Je t’attendrai, peu importe où tu te trouves.

L’horloge égrène les secondes qui résonnent dans mon cœur comme des bruits de pas.

J’attends toujours ; seul ici.

Là où tu es, vois-tu la lune comme nous l’avons regardé ?