LES VACANCES DE TATSUHA

 

CHAPITRE I

 

Tatsuha Uesugi, seize ans, futur moine, était le garçon le plus heureux de la Terre.

 

Il traversa sa chambre d’un pas allègre, introduisit une petite clé dans la serrure d’un tiroir et en sortit un cahier à la couverture cartonnée. Son journal. LE journal, dans lequel il consignait tout ce qui avait un rapport avec les Nittle Grasper, son groupe fétiche, et plus particulièrement son idole, le génial chanteur Ryûichi Sakuma. 

 

Il le posa sur son bureau, l’ouvrit à la dernière page écrite et, d’une main que l’émotion faisait un peu trembler, inscrivit :

 

MERCREDI 18 JANVIER

 

Kami, je n’en reviens pas. J’ai encore du mal à réaliser ce qui vient de se passer… Une chance que je me sois trouvé aujourd’hui chez Eiri, à Tôkyô, sinon j’aurais raté ça… et je crois que je ne m’en serais jamais remis.

 

Pour tout dire, je crois bien qu’il s’agit d’une juste récompense pour être un frère si attentionné. Shûichi est malade ; rien de grave, une bête grippe, mais j’ai tenu à passer chez Eiri voir s’il n’avait besoin de rien (et surtout comment il s’en sortait entre son manuscrit à rendre et les soins à son petit geignard ; Shûichi est un vrai pot de colle en bonne santé, je n’ose imaginer combien il doit être pénible malade… et Eiri n’est pas réputé pour sa patience !). Bref, n’écoutant que mon dévouement, j’ai sauté sur ma moto et ai filé droit à Tôkyô.

 

Je ne sais pas ce que mon frère avait donné à Shûichi, mais quand je suis passé le voir il dormait comme une souche, abruti par un produit ou un autre ; pendant ce temps, Eiri travaillait à son roman, pour lequel je sais maintenant que la date butoir est dans deux jours… Donc, quand on a sonné à la porte, je me suis tout naturellement proposé pour aller ouvrir. Et il était là, devant moi…

 

RYÛICHI SAKUMA EN PERSONNE.

 

Toujours aussi beau. Encore plus beau et sexy que la dernière fois où je l’ai vu, Kumagorô entre ses bras. Je donnerais cher pour être un jour à la place de ce lapin, Kami sait que je vendrais mon âme !

 

Il m’a souri, m’a salué et m’a complimenté sur ma nouvelle couleur de cheveux ; j’ai alors réalisé qu’il m’avait pris pour mon frère, mais quoi d’étonnant ?

 

En fait, il était passé prendre des nouvelles de Shûichi. Après avoir réfréné à grand peine la pulsion qui me poussait à me jeter sur lui, je l’ai fait entrer et l’ai conduit à la chambre de Shûichi, qui avait plus ou moins refait surface, et ils ont parlé boutique un petit moment. Et c’est en repartant, alors que je le raccompagnais à la porte, que Ryûichi m’a proposé d’aller passer quelques jours au ski avec lui.

 

RYÛICHI SAKUMA M’A INVITÉ À PASSER DES VACANCES EN SA COMPAGNIE !

 

Après cela, mes souvenirs sont un peu flous… Je crois que je me suis rattrapé au chambranle de la porte, car mes jambes ne me soutenaient plus. J’ai accepté, bien évidemment… Bien évidemment ! Les études, père, Mika peuvent aller au Diable, hors de question que je laisse passer une occasion pareille ! Ryûichi et moi en tête-à-tête pendant une semaine entière comme deux amis, comme… je n’ose l’écrire… deux amants… Ce qui me fait penser, nous allons sans doute partager la même chambre d’hôtel ?

 

L’émotion me submerge, je n’arrive plus à écrire. Ryûichi a dit qu’il me téléphonerait pour m’en dire plus, à partir de maintenant je n’existe plus que dans l’attente de ce coup de fil.

 

Béni soit Shûichi pour avoir attrapé cette grippe providentielle. Tout compte fait, mon beau-frère est un type bien.

 

Chapitre suivant Retour à la page des fics